Double Jeu, la troupe d’HEC clôturera le Festival le 20 février

886775_10153561065595153_1175278625_o

 

Toutes les familles ont leurs histoires. La légendaire famille des Atrides, elle non plus, n’y échappe pas. Oui mais voilà : les histoires des Atrides sont plus cruelles, plus tragiques et plus inextricables que celles des autres. Dans un palais où règnent le meurtre, l’inceste, la jalousie, le désir de vengeance et l’amertume des espoirs déçus on ne peut pas rêver d’une vie placide et bourgeoise. Les haines et les passions y sont plus puissants, plus outrés qu’ailleurs.

Dans cette adaptation moderne et originale du mythe des Atrides, le texte mêle les passions antiques et les préoccupations du monde moderne : travail, confort, vacances et jalousies côtoient le meurtre, la haine, le mépris et l’hybris. Brisant les repères moraux des personnages, deux mondes antithétiques s’affrontent : celui des antiques passions inavouables, démesurées, qui torturent les personnages, et celui, plus familier mais sans doute aussi moins glorieux, de la vie moderne, avec ses bassesses, ses états d’âme et esprits tranquilles, un monde qui a évacué cet immense torrent de passion pour rendre la vie supportable à l’homme du commun. L’histoire des Atrides, intemporelle, est le fil conducteur de cette tragédie humaine où les limites entre la scène, les coulisses et le public évoluent constamment.

Publicités